3 tagged articles Hors Sujet

Sommaire. 06/12/2016

Sommaire.
 
~ Que ce soit n'importe lequel de ses articles, laissez un commentaire, c'est le seul revenus de l'auteur ! Je répond à tous. Merci d'avance les amis. Et bonne Lecture à Tous ! ~
 
Sommaire.
 
 
~ Texte de PetitesHistoiresDeLily ~
 << Dans l'écriture, la main parle ; et dans la lecture, les yeux entendent les paroles.
~ Eugène Géruzez >>
29. Merci
31. Accro
32. A toi,
39. Partis
44. Pécheresse (Trouvable aussi ici)
45. Extrait d'un livre en préparation (Je suis le Chat, Toi la souris)

Sommaire.



Traduction Chanson ~ 
 << J'ai une thérapeute, elle s'appelle Musique.
~ Coralie Gallant. >>


Sommaire.

Photo Story ~
 << La photographie est l'art de montrer de combien d'instant éphémères, la vie est faite.
~ Marcel Proust. >>

Sommaire.


Hors Sujet ~

<< Ecrire sur le net, c'est jeter une bouteille à la mer.
~ PetitesHistoiresDeLily >>
Sommaire.
~ Livre n°1  : Insoumise ~
<< Lire ressemble à regarder l'horizon. D'abord on ne voit qu'une ligne noire. Puis on imagine des mondes.
~ Orsenna. >>
RATING M.
17. Chapitre 15
18. Chapitre 16
19. Chapitre 17
20. Chapitre 18
21. Chapitre 19
22. Chapitre 20

Tags : Sommaire ♥ - Texte - Traduction - Photo Story - Hors Sujet

Hors.Sujet #1 Tu comprend rien. 19/12/2016

Tu me dis qu'il faut avancer, tu me dis qu'il faut que je me motive, tu me dis de faire ci... Tu me dis de faire ça. Tu me dis que tu es mon meilleur soutiens. Mais si quelques choses vas mal chez toi, cela m'atteins. Si tu tombe, je tombe avec toi. Si tu pleure, je pleure aussi. Si tu vas mal. Je vais mal aussi. Je suis attaché à toi maintenant. J'ai besoin de toi maintenant comme d'une deuxième paire de poumon. Mais tu ne comprend pas. Tu ne vois pas la souffrance. La peur que tout cela me fait. Je ressens ce que tu ressens. Mais toi ressens tu ce que je ressens ?
Dans le passé j'ai tout fais pour que tu ailles mieux, je t'ai porté à bout de bras et au moment où j'ai flanché, on m'a dit << Prend sur toi. >>.
Quand j'ai eus besoin de toi, quand je ne pouvais plus assumer seule, tu m'as dis : << Prend sur toi. >>. J'ai pris sur moi. Jusqu'au jour de trop où j'ai voulus en finir.
Tu n'as même pas vus cette appel au secours et tu as continuer à me demander de prendre sur moi. 
Aujourd'hui tout vas encore plus mal dans ma tête. Si tu savais le nombre de fois où je pleure seul dans ma chambre. Si tu savais le nombre de fois où j'ai regarder un rasoir en me disant << Fais le. >>. Mais que je l'ai reposer sans rien me faire. Pour toi. Pour ne pas te blesser toi.
Mais toi tu t'en fous de me blesser.
Toute les fois où j'ai eus une boule dans la gorge en me disant que je te faisais honte et que tu étais mal par ma faute.
Toute les fois où j'aurais voulus mourir pour apaiser ta douleur. 
Toute les fois où je me suis sentis coupable d'être ce que je suis. Comme le vilain petit canard.
Et puis toi, toi tu es restée aveugle, ne voyant que ta propre douleur, ne voyant que ton c½ur brisé à toi.
Et quand tu arrivais à ce seuil, où tu as l'impression que tout le monde t'en veux que le monde est contre toi, tu ne te rendais pas compte que tes mots aussi tranchant que des poignards ne se répercutais pas sur une carapace mais belle et bien en plein dans mon c½ur.
Parfois les mots venant de toi me font plus mal que si ils étaient venus de n'importe qu'elle autre personne.
Sans toi je suis seule et désarmée. Sans toi je suis vulnérable, et quand tu te retourne contre moi, je perds pieds. 
Alors j'essaye de me protéger, de te faire mal comme tu me fais mal. J'essaye de recréer cette carapace qui autrefois marchais si bien, cette carapace qui me faisait rester dans ma chambre, cette belle carapace qui m'isolait de tous et où je me sentais bien. Seule mais bien. 
Mais j'arrive plus à me construire cette carapace.
Le peux de chose que je réussis à faire, le peux de choses qui font que je sors de ces sables mouvant, vous les détruisez d'un coup de pied. Parfois vous ne le faites pas exprès. Parfois vous ne vous en rendez pas compte. Mais je suis aussi fragile que du verre et vous continuez à m'envoyer des phrases sanglante en plein c½ur.
J'en peu plus de tout ça. J'en peu plus de souffrir. Je veux réussir à m'en sortir, mais je pourrais pas le faire seule. Mais tu le comprend pas. Tu comprend pas que j'ai l'impression d'aller à reculons. Tu comprend pas que j'ai peur.
J'ai envie que tu me prennes par la main et que tu me dises que tout iras bien. J'ai envie d'être rassurée et pas tout le temps entendre des reproches.
Je voudrais ne plus être comme cela. Je voudrais que tu me comprennes. 
Mais non.. Tout ça tu ne le comprend pas. 
Il n'y a pas que ta souffrance qui compte, ou alors laisse moi crever dans ma bulle, seule, comme au début.
Laisse moi et toi survis.
 

 
 

Tags : Hors Sujet - Détruite - Pardon

Hors Sujet #5 Harcèlement/Témoignage 15/09/2017

Bonjour à tous et à toutes, aujourd'hui je voudrais profiter de ce blog pour autre chose que de vous partagez mes écris. Non. Aujourd'hui pas de texte, pas de PhotoStory ni même de Traduction de Chanson. J'ai pas très envies en fait d'écrire un texte joyeux, ni même triste. J'ai juste envie de vous partagez le témoignage d'une personne qui m'a contacté ici. Cette personne à été tout comme moi atteinte de harcèlement scolaire à l'âge de 14 ans. Moi aussi j'avais 14 ans. C'est l'âge me direz vous. Moi je vous répondrais qu'il n'y a pas d'âge pour se faire harceler. Cela peu commencer en maternelle comme au lycée ou au travail. Moi, je voudrais que vous me disiez "encore ?! Quand cela cessera t-il donc ?" Et moi je vous répondrais alors que cela ne cessera jamais car le monde d'aujourd'hui est complètement fou. Maintenant les élèves cherches les faibles et les massacres à grand renfort de mot et de coups. Ils s'incrustent en vous et vous détruisent jusqu'à ce que vous en arriviez au Suicide. Heureusement pas tout les cas en arrive là.
Si vous saviez combien de personne j'ai vus se faire harceler dans ma scolarité. 
Vous pouvez retrouvez mes propres expériences ici ! et ici
Vous savez tous que je suis une grande millitante pour que le harcèlement cesse et que la Phobie scolaire soit enfin reconnue comme une 'maladie' ! comme une véritable maladie ! 
Cela ma pourris la vie pendant deux longues années si ce n'est trois. Aujourd'hui je vais bien. Mais sans certaines personnes je ne serais point là. Aujourd'hui une nouvelle victime vient me voir. Demain combien y'en aura t-il de nouveau ? 10 ? 15 ? Quand est ce que les professeurs prendront leur couilles à deux mains et rétablirons l'ordre dans leur classe ? Quand est ce que les principales d'établissement scolaires arrêterons d'être attachés à la vision des autres pour leur établissements et se rendront comptes qu'il y a un réel problème et qu'il INTERVENIR. 
Ma haine va envers ceux qui pousse des adolescents à vouloir mourir.
Ma haine va envers ceux qui voit mais ne bouge pas.
Ma haine va envers ceux qui sont trop attaché à leur image pour agir.
 
Je conçois que la peur paralyse et que quand on est un adolescent on ne veut pas s'interposer entre deux autres adolescent. Mais s'ils vous plaît. Arrêtez de ne rien voir et prévenez un adulte. 
Et quand à vous les adultes. Prenez se titre en main. Prenez vos responsabilités en main.
 
Je vous laisses avec le témoignage d'Elodie, qui m'a chamboulée.
 
*o*o*o*o*o*o*o*o*
 
Bonjour, je suis Elodie. 
La phobie scolaire est quelque chose d'assez frustrant. Je viens juste d'être diagnostiqué... Et pourtant j'ai 19 ans. Comme quoi à n'importe quel âge cela peut arriver. 
Ma phobie scolaire s'est vraiment déclaré cette année. Dans le passé, au collège, pendant ma 5ème et 4ème j'étais une élève qui a été influençable par une personne. Et suite à ça j'ai eu des mauvaises notes. Je ne devais pas avoir plus de 3 de moyennes. Avec mes parents, nous avons décidés de m'enlever de ce collège et de me mettre dans une M.F.R [Maison Familiale Rurale] (une 3ème technologiques qui permettait d'associer cours/stages pour trouver notre voie professionnelle). Malheureusement à partir de là tout à été de travers. Je n'ai pas été accepté par les autres élèves et certains professeurs. Je n'ai pas eu le choix non plus d'être en internat là-bas. Je peux vous dire que ça été une année épouvantable... Mentalement, je me suis pris des reproches, que je ne servais à rien, que je n'étais pas comme tout le monde, dès qu'en cours je prenais la parole, on me disais "ferme ta gueule". Dans les douches, le soirs aussi, je me suis pris des remarques déplacés sur mon corps. Physiquement je me suis pris des coups. Des croches pieds, pendant les cours de sports, je me prenais 3 fois le ballons dans en pleine figures à en finir par saigner du nez et le professeur me disait "ils ne le font pas exprès"... Les professeurs ne me soutenait pas et certain, je pense, avait peur aussi de certain élèves. Par les élèves j'entendais souvent "de toute façon, tu ne bois pas, tu ne fume pas, tu n'es pas comme tout le monde"... Non, je ne fume pas, je n'aime pas ça. Non je ne bois pas car je ne trouve pas ça intéressant. Et ça pendant toute une année... Alors parfois je m'inventais des maladies pour que mes parents viennent me chercher et que le médecin me fasse un certificat médical pour plusieurs jours, comme ça, je ne retournais pas là-bas. Mes parents, comme tout parents, pensais que je faisais juste de la comédie, pour montrer que j'existais. C'était tellement un mal-être que je me suis scarifié un des mes bras. C'était une sorte de "délivrance", même si au final, ça fait lus de mal qu'autre chose... Jusqu'au jour, où j'ai fini à l'hôpital car j'ai tenté de me suicidé. Mes parents, sont venus. Avec une psychologue, mes parents et moi nous avons parlé... Du pourquoi j'ai été jusqu'à là... Du pourquoi j'ai fais ça. Pour la première fois, j'ai vu mon père versé des larmes. Pour la première fois je l'ai vu s'ouvrir envers moi... Ma mère, elle, beaucoup moins forte à fondu en larme et à tout fait par la suite pour me protéger. J'ai été suivi psychologiquement jusqu'à temps  que l'année ce termine. J'ai été enlevé de l'internat. Et j'ai réussie à avoir mon brevet professionnel avec mention.
Par la suite, mes parents se sont pliés en 4 pour pouvoir me payer une école privée. Je souhaitais faire un bac pro services à la personnes et aux territoires. Nous avons réussie à trouver cette école. 1 heure de bus, mais ça m'était égal... Le jour de ma rentrée au lycée, l'angoisse, l'envie de vomir était là. Mes parents m'ont accompagné tous les deux. J'ai réussie à dépasser les grilles du lycée. Et là, par je ne sais quelle miracle, j'ai retrouvé une amie d'enfance avec qui j'étais en maternelle et en primaire. Cela m'a tout de suite rassuré... Je ne savais pas du tout qu'on allait se retrouver dans le même lycée pour la même filière. Malheureusement, nous n'étions pas dans la même classe. Je me suis retrouvé seule en 2nd. Je n'ai jamais réussi à me faire des amis avec ma classe. Assez souvent, je me prenais des méchancetés... "intello", car j'étais une bonne élève.... Dans les travaux de groupe, on me laissait tout faire car ils étaient sure d'avoir des bonnes notes. Pour moi ça aussi, je prenais ça comme persécuté. Pendant mon année de seconde, je me suis sentie seule, très seule. Parfois je sortais de classe en pleure et je disais juste "problèmes personnelles"... Je faisais aussi semblant d'être malade pour ne pas aller en cours.. Puis en 1ère et Terminale, je me suis retrouvé dans la classe de mon amie d'enfance, alors ça été un peu plus calme... Mais à part elle je ne me suis pas fait des amies. C'est mon amie d'enfance qui s'en faisait et comme j'étais là, c'est devenue les miens. Mais jamais je ne suis allez vers quelqu'un. Je ne peux pas, j'ai peur. Malgré tout ça, j'ai finie l'année première de la classe, bac pro mention assez bien.

L'année juin 2016 août 2017 j'ai cherché un patron pouvoir faire préparatrice en pharmacie. Mais je n'ai pas trouvé alors pendant 1 an j'ai passé mon code, mon permis de conduire. Mes parents, m'ont payés le code et le permis... Ils m'ont même payé une petite voiture... (que je devrai rembourser petit à petit quand je le pourrait). A partir de janviers 2017, j'ai continué de chercher un patron pour faire la formation que je souhaitais faire. J'ai trouvé. J'ai repris mes études en alternance le 1er septembre. Quand je suis chez le patron, à la pharmacie, tout ce passe très bien, je travaille comme une vraie salariés je m'entends bien avec l'équipe. Mais quand j'ai eu ma journée de pré-rentré à l'école.... Grosse angoisse, j'ai fondu en larme, je tremblais, j'avais des sueurs, des envies de vomir... Une horreur totale ! Quelqu'un dans l'école m'a aidé, une dame qui travail dans l'administration pour les personnes en situation de handicap. Elle m'a proposé ce dossier MDPH que j'ai accepté. Malheureusement, ce dossier prend du temps à faire, je devais prendre rendez-vous chez le médecin pour qu'il puisse aussi remplir une partie du dossier. Tant que le dossier n'est pas envoyé, le dispositif ne peut pas être mis en place. Hier et aujourd'hui (jeudi 14 et vendredi 15 septembre) j'avais cours. Je suis allée jusqu'à l'école en voiture, mais une fois arrivé, incapable de pouvoir sortir de ma voiture, je pleurais, envie de vomir, angoisse, tremblement, palpitation... Alors j'ai fais demi-tour. Mes parents ont très bien compris, ils m'écoutent. Ma mère m'aide beaucoup dans la démarche. Parfois elle pleure même, car elle vois que je souffre. Parfois je me dis "Je suis nulle, je ne suis pas comme tout le monde" "Je ne suis une bonne à rien"... Pourtant je veux être préparatrice en pharmacie, c'est ma vocation.
Quand le dossier MDPH va être mis en place, je vais allez au CDR (Centre Des Ressources, une sorte de bibliothèque) travailler seule dans une salle avec un ordinateur. J'aurai des cours par vidéo, et c'est pour ça que j'ai crée une cagnotte que leetchi.com que j'ai appelé "Phobie scolaire : soutien financier". Je n'ai pas les moyens de me payer un ordinateur... Et ça devient urgent.... Car sans ordinateur portable, je ne pourrais pas avoir mes cours... Mes parents vont m'aider... Mais ils m'aident déjà pour beaucoup de chose.... La voiture qui m'ont payé, le permis, le code de la route, l'école privée que j'ai pu faire... Ils ne sont que employé commercial et agent de service hospitalier. Ça ne gagne pas non plus énormément... Cette cagnotte, même si mes parents m'achètent l'ordi avant qu'elle se finisse, me permettrai de rembourser l'ordinateur et que financièrement il ne retrouve pas dans le rouge par ma faute. Mais je n'incite personne à participer. J'ai créer une action sur leetchi.com mais je n'incite personne à participer. Libre au choix aux personnes. 
*o*o*o*o*o*o*o*o*
Si vous êtes touchée comme moi par ce témoignage, si vous voulez l'aidez, donnez pour sa cagnotte, non pas 200 euros, mais au moins 1 euros symbolique pour l'aider. L'aider à avancer.
Merci à vous, d'avoir lus jusqu'au bout.
Et n'oubliez jamais, le harcèlement, quel qu'il soit, est un crime punis par la lois.
Alors parlez en.
Lily.

Tags : Hors Sujet - Phobie Scolaire - Harcèlement - Témoignage - Contre le harcèlement ! - Pour que la phobie scolaire soit reconnue !