Texte #43 Cher ...,

<< Est-ce que tu m'entends? Est-ce que tu me vois?  Qu'est-ce que tu dirais, toi, si t'étais là ? Est-ce que ce sont des signes que tu m'envoies ? 
~ Louane >>

Parfois, il y a des jours comme ça, des jours où.. Tu vas venir te loger dans ma tête, ou ton rire va me revenir comme un coup de poignard.. Ton visage hante parfois mes nuits, mais je crois que le pire, c'est quand les photos de toi souriant me font sourire aussi. Tu as été mon meilleur allié et aujourd'hui mon pire ennemie. Tu as été la raison de mes sourires et de mes rires, aujourd'hui tu es la raison de mes larmes.
Hier encore je croyais aux rêves dans lesquels tu me projetais, aujourd'hui je ne suis plus aussi sûr que j'en serais capable.
Je gardes au plus profond de ma tête nos moments à nous. Je ne les racontes pas forcément mais j'y pense toujours, et parfois ils me font rire, parfois pleurer. Certaines chansons vont me faire pensé à toi, parfois c'est les courants d'air chaud dans le froid de l'hiver.
Quand les étoiles brilles, j'imagine que c'est toi qui est sur l'étoile qui brille le plus fort. Et comme dirait le Renard au Petit Prince, "Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serais pour toi unique au monde."
Tu m'as apprivoisé et aujourd'hui j'ai besoin de toi. J'aurais besoin que tu me rassures que tu me prennes dans tes bras et que tu me dises que tout vas bien, comme quand je faisais un cauchemar.. Je voudrais que tu me réveils et qu'au final tout ne sois que cauchemar..
Malheureusement même dans mes rêves tu ne me rends plus visites. De ta maladie j'en garde un souvenir atroce. De ta mort j'en cauchemardes encore... Mais de tes rires et de tes blagues j'en rigoles encore... J'aimerais qu'un jour je puisses te retrouver, te revoir, et te dire combien tu me manques. 
Tant de question sans réponse.Tu sais, je t'en voudrais jamais pour tes réactions, pour toute les fois où tu ne souriais plus, où tu ne voulais plus jouer avec moi.. Où tu n'étais pas là.. Je t'avoue t'en avoir voulus sur le coup, car cela ne te ressemblais pas.. Mais quel enfant n'aurait pas été vexée ? 
Je t'en ai aussi voulus.. De ne plus rire.. De ne plus me faire rêver.. Et de ne plus me vouloir avec toi pour dormir.. J'aurais aimé que tu sois là pour mon neuvième anniversaire.. J'aurais aimé que tu viennes me dire au revoir dans mes rêves avant de partir...
J'aurais aimé que tu m'envois des signes... Peut être m'en as tu déjà envoyé et que je n'ai rien vus..
Tu sais.. Quand j'allume cette bougie et que je te parles, que je vides tout mon sac et que souvent je pleure comme une enfant.. J'aimerais sentir tes bras m'entourer et ta voix .. ta voix... ta voix dont je ne me souviens plus.. Non.. Je ne me souviens plus de ta voix.. A vrai dire.. Plus je grandis.. Plus j'écris nos souvenirs pour m'en rappeler.. Le temps efface mes trésors avec toi et aujourd'hui je ne saurais te dire si ta voix étaient rauque ou cassé.. Elle était rieuse ça je m'en souviendrais toujours.. 
Mes yeux resteront toujours, quoi qu'on me dise sur toi, plein d'admiration pour toi. Ne me demande pas pourquoi, mais je me vois encore assise sur les escaliers de cette salle de spectacle de danse, où je m'étais cassée la figure plus tôt, t'admirer toi et Mamie danser... 
Mamie... Depuis que tu n'es plus là c'est une montagne de tristesse.. Tu as emporté avec toi, la joie de vivre, les strass, les paillettes.. 
Est ce que tu es fière de moi ? Je suis pas championne d'équitation c'est vrai... Mais j'ai peut être un avenir que tu m'aurais souhaité entre les mains...
Pour finir, je voulais te dire merci. Merci de m'avoir donné un exemple masculin. Merci d'avoir eut de la patience avec mes récits de petite cavalière peu impressionnante pour toi mais tellement important pour moi.
Merci de t'être intéresser à chacune de mes passions, de m'avoir appris à faire des coloriages potable.. De m'avoir dessiner au moins une bonne vingtaine de gris du Gabon que j'ai tous offert à mamie par la suite.
Merci de m'avoir fais croire que je pouvais devenir championne d'équitation.
Merci de m'avoir accepter dans votre lit avec mamie et merci aussi de m'avoir attendus chaque midi pour faire la purée mousseline, et désolée pour toute les casseroles de laits qui ont débordés parce que je te demandais toute ton attention avec le récit de ma matinée.
Merci de m'avoir acheté un cahier de mot fléché qu'au final tu faisais à ma place car je ne voyais rien.
Merci de t'être fais béquer par Coco à ma place pour que je puisses le toucher.
Merci de m'avoir toujours encourager, même dans mes idées les plus farfelus... Parfois c'était peut être pas la chose à faire je te l'accorde.. Genre la brosse à racine pour nettoyer les pieds.. Mais.. 
Merci.. Merci d'avoir été le père que j'ai jamais eus pendant neuf ans.. Grâce à toi.. Je sais ce qu'est cette sensation d'être aimé par un père...
 
Je t'aimerais toute ma vie..
Je sais pas si un jour je saurais te dire au revoir..
Mais je t'aime..
 
L.B.

Tags : Texte 43 - Lettre - Comme un père - Adieu - Remerciements

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.99.70) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Un visiteur

    13/11/2017

    Je pence que cet homme t’aime toujours.
    Bonne journée.

  • Madisondreams90

    09/11/2017

    Je n'ai pas connu cet homme mais il t'aimait c 'est sûr. Garde le dans ton coeur tel que tu l'as connu,il veille sur toi. Bisous.

Report abuse