Hors.Sujet #1 Tu comprend rien.

Tu me dis qu'il faut avancer, tu me dis qu'il faut que je me motive, tu me dis de faire ci... Tu me dis de faire ça. Tu me dis que tu es mon meilleur soutiens. Mais si quelques choses vas mal chez toi, cela m'atteins. Si tu tombe, je tombe avec toi. Si tu pleure, je pleure aussi. Si tu vas mal. Je vais mal aussi. Je suis attaché à toi maintenant. J'ai besoin de toi maintenant comme d'une deuxième paire de poumon. Mais tu ne comprend pas. Tu ne vois pas la souffrance. La peur que tout cela me fait. Je ressens ce que tu ressens. Mais toi ressens tu ce que je ressens ?
Dans le passé j'ai tout fais pour que tu ailles mieux, je t'ai porté à bout de bras et au moment où j'ai flanché, on m'a dit << Prend sur toi. >>.
Quand j'ai eus besoin de toi, quand je ne pouvais plus assumer seule, tu m'as dis : << Prend sur toi. >>. J'ai pris sur moi. Jusqu'au jour de trop où j'ai voulus en finir.
Tu n'as même pas vus cette appel au secours et tu as continuer à me demander de prendre sur moi. 
Aujourd'hui tout vas encore plus mal dans ma tête. Si tu savais le nombre de fois où je pleure seul dans ma chambre. Si tu savais le nombre de fois où j'ai regarder un rasoir en me disant << Fais le. >>. Mais que je l'ai reposer sans rien me faire. Pour toi. Pour ne pas te blesser toi.
Mais toi tu t'en fous de me blesser.
Toute les fois où j'ai eus une boule dans la gorge en me disant que je te faisais honte et que tu étais mal par ma faute.
Toute les fois où j'aurais voulus mourir pour apaiser ta douleur. 
Toute les fois où je me suis sentis coupable d'être ce que je suis. Comme le vilain petit canard.
Et puis toi, toi tu es restée aveugle, ne voyant que ta propre douleur, ne voyant que ton c½ur brisé à toi.
Et quand tu arrivais à ce seuil, où tu as l'impression que tout le monde t'en veux que le monde est contre toi, tu ne te rendais pas compte que tes mots aussi tranchant que des poignards ne se répercutais pas sur une carapace mais belle et bien en plein dans mon c½ur.
Parfois les mots venant de toi me font plus mal que si ils étaient venus de n'importe qu'elle autre personne.
Sans toi je suis seule et désarmée. Sans toi je suis vulnérable, et quand tu te retourne contre moi, je perds pieds. 
Alors j'essaye de me protéger, de te faire mal comme tu me fais mal. J'essaye de recréer cette carapace qui autrefois marchais si bien, cette carapace qui me faisait rester dans ma chambre, cette belle carapace qui m'isolait de tous et où je me sentais bien. Seule mais bien. 
Mais j'arrive plus à me construire cette carapace.
Le peux de chose que je réussis à faire, le peux de choses qui font que je sors de ces sables mouvant, vous les détruisez d'un coup de pied. Parfois vous ne le faites pas exprès. Parfois vous ne vous en rendez pas compte. Mais je suis aussi fragile que du verre et vous continuez à m'envoyer des phrases sanglante en plein c½ur.
J'en peu plus de tout ça. J'en peu plus de souffrir. Je veux réussir à m'en sortir, mais je pourrais pas le faire seule. Mais tu le comprend pas. Tu comprend pas que j'ai l'impression d'aller à reculons. Tu comprend pas que j'ai peur.
J'ai envie que tu me prennes par la main et que tu me dises que tout iras bien. J'ai envie d'être rassurée et pas tout le temps entendre des reproches.
Je voudrais ne plus être comme cela. Je voudrais que tu me comprennes. 
Mais non.. Tout ça tu ne le comprend pas. 
Il n'y a pas que ta souffrance qui compte, ou alors laisse moi crever dans ma bulle, seule, comme au début.
Laisse moi et toi survis.
 

 
 

Tags : Hors Sujet - Détruite - Pardon

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.145.83.79) if someone makes a complaint.

Report abuse